Vous avez des questions? Clavardage

Histoires drôles de guides touristiques

Nos guides touristiques passent d’innombrables heures à guider des groupes à New York et je leur ai demandé s’ils voulaient bien partager leurs histoires les plus drôles.

Vous venez de gagner un gag de 100$.

Dans chaque groupe, il y a quelqu’un qui essaie toujours de faire rire, appelé aussi le clown. L’un de nos guides touristiques aimait faire des farces à cette personne. Le guide achetait un gros billet de 100 $ en plastique à Chinatown. Lorsque nous revenions de New York à Montréal, le guide disait au groupe que nous donnions
100$ de sa poche pour un tirage au sort.

Elle mentionnait que la seule chose qu’elle demandait si le gagnant
faire une danse joyeuse s’ils gagnent. Ceux qui ne voulaient pas
participants pourraient simplement lever la main et ils seraient
exclu. Bien sûr, le clown du groupe était à fond.

Elle mettait un tas de papiers dans un chapeau et mettait son nom
sur chacun des documents. Lorsqu’il a gagné, le groupe a pu
voir le plus joyeux des bus danser. Elle le laissait
dansez pendant une minute et sortez un billet de 100$ en plastique géant.
Inutile de dire que le groupe s’est bien amusé.

N’oubliez rien

L’une des règles pour un voyage de groupe réussi est la ponctuation.
Le guide touristique se fait toujours un devoir de dire au groupe
que nous partions à chaque fois à l’heure et que nous n’oubliions rien
dans le bus ou à l’hôtel.

Marie-France, notre guide touristique, venait de quitter l’hôtel avec
son groupe et a dit au groupe qu’ils ne seraient pas
en remontant jusqu’à plus tard dans la soirée. Elle mentionne qu’elle
espère que personne n’a rien oublié. Elle a à peine fini
sa sentence, un homme plus âgé se lève et crie « Mes dents, mon
les dents… J’ai oublié mes dents à l’hôtel ».

Bien qu’il ne soit pas cool de rire des gens en détresse, quand
quelque chose est drôle, c’est juste drôle. Le groupe est devenu
hystérique.

Le guide touristique n’a eu qu’à faire une exception et est reparti
à l’hôtel pour récupérer les chiclets de l’homme.

Perdu dans la traduction

Nous avions un guide touristique franco-ontarien qui guidait un groupe français à Boston. Elle parlait très bien le français mais avec un accent casé. Elle n’était pas très familière avec certains des dictons français.

Pendant le voyage, le chauffeur de bus a lutté contre la circulation et a pû sortir de la ville en toute sécurité. Le guide touristique a saisi le mic et elle a voulu dire au groupe comment elle était heureuse avec les talents du chauffeur qu’elle pourrait embrasser le chauffeur. Elle connaissait l’action « donner un baiser ». Si mal utilisé, ça peut être gênant. Elle prend le micro et elle dit au groupe qu’elle était si heureuse qu’elle va baiser le chauffeur de bus.

Le groupe et le chauffeur de bus ont ri sans arrêt et c’est devenu le gag courant tout le week-end.

Read more about: Conseils New York